jeudi 22 novembre 2012

UN RÔLE SUR MESURE

Claire Foy joue Adora Belle Dearheart dans Going Postal


Dans un film épatant, comme tous ceux qui sont réaliser à partir de l'univers de Terry Pratchett d'ailleurs. 

L'univers de Pratchett c'est le DisqueMonde. Dans une dimension lointaine, passablement farfelue et de seconde main, comme le dit l'auteur, la grande tortue A'tuin voyage dans l'espace en portant sur son dos quatre éléphants, qui eux même portent sur leur dos : Le DisqueMonde. 

Ankh-Morpork, est l'une des villes de ce DisqueMonde, ses habitants croyaient avoir tout vu, mais voici que survient l'escroc Moist von Lipwig, et que celui-ci rencontre Adora Belle Dearheart, maîtresse des golems, invétérée fumeuse de cigarettes, et bien sur, dotée d'une nature extrêmement dominatrice. Moist va avoir fort à faire avec celle pour qui son coeur bat pour la première fois. A partir de là, pour tous ceux qui ne l'ont pas vu, je vous laisse voir la suite par vous-même, car je ne voudrais en aucun cas gâcher votre plaisir. 



Going Postal

Elle est belle, elle est sombre, elle a le regard vif,



elle reste toujours distante, elle fume sans cesse, elle 
a beaucoup d'humour, fait souffler le chaud et froid,


et elle vous arrête dans la rue sa cravache sous l’aisselle 
avec la ferme intention de punir vos incorrigibles incartades.
Telle est la nature complexe du caractère d'Adora Belle Dearheart.



Qui n’hésite pas une seule seconde à vous enfoncer ses talons 
aiguilles dans le pieds lorsque vous l'invitez au restaurant,



et elle vous informe qu'elle a grandement envie de faire 
passer leurs 10 centimètres au travers de votre pied.



======================

Claire Foy incarne à merveille ce très attachant personnage féminin d'Ankh-Morpork, détentrice d'une alchimie qui n’a d’égal que l’enthousiasme qui l'anime. Pour le moins elle est peu commode, mais avec sa coiffure à chignon sans défaut et enveloppée dans sa longue robe victorienne noire ouverte sur des bottes à talons hauts on ne peut que difficilement résister à ses attraits. De quoi susciter bien des vocations de dominante.


VERY NAUGHTY BOY



lundi 19 novembre 2012

SO BRITISH

Chez nos amis Anglais il n'y a pas que Buckingham Palace, l'english breakfast, le mouton à la sauce de menthe, l'univers de Dickens, la poésie de Yeats, la peinture de Bacon, et London by night.




En marge du B.D.S.M. il y a quantité d'hommes grands amateurs de fessée dite traditionnelle, dont la référence principale serait le fameux 'corporal punishment' britannique. Alors peut-on parler de véritable et impitoyables fessées à l'anglaise telles que ces aficionados et ces dominantes le conçoivent ? Je voudrais par le biais de ce post leur adresser un petit clin d'oeil. 







Théoriquement ou bien techniquement, ce qui caractérise ce type de fessée c'est que les dominantes impliquées dans cette pratique évoque toujours une fessée ultra-vigoureuse, très retentissante, qui provoque des changements de couleur immédiats sur les fesses des hommes. La dominante généralement toujours très confirmée pratique une fessée extrêmement juste et précise : C'est une fesseuse flamboyante. Autre caractéristique c'est que ce type de fessés étant d'ordre strictement punitif, il est exclu de penser entretenir quelques petits câlins et caresses avec la maîtresse durant la séance. Quand à songer à une petite aventure sexuelle, nous en parlerons encore moins car totalement hors propos. 







Les tenues que porte ces dominantes sont bien souvent très importante pour l'aspect cérébral d'une séance  Cela explique un peu l'aspect fétichiste que peuvent revêtir les envies de fessées très strict de la part des hommes Nous trouvons des dominantes vêtues comme des femmes d’affaires, des éducatrices, des ménagères, des dominantes sexy, voir même des étudiantes. Ces Maîtresses allongent souvent les hommes sur leurs genoux pour leur distribuer à la main des fessées traditionnelles cul nu. Elles aiment aussi ordonner aux hommes de se pencher en avant sur une table ou un tabouret pour des volées de fessées encore plus cuisantes à la canne, à la ceinture de cuir, au paddle en bois, ou à la brosse. La punition devant par principe être totalement accomplie, il n'est pas question d'attendre le moindre adoucissement ou la moindre pitié de la part de la dominante. Elle accomplira scrupuleusement  son rôle et sa besogne du début à la fin. Les fesses de ces hommes punis conserveront le  souvenir rougeoyant d'une fessée sans concessions. 






Avis aux amateurs ... 

Photos : tumblr.com

samedi 17 novembre 2012

M-A-J



Mise à jour de la liste des liens qu'il me faut à mon grand regret réactualiser. Certains blogs ont totalement disparus, parfois au profit de face book, c'est bien dommage. D'autres sont inactif, mais cela je le comprend ayant pour ma part été inactif durant près d'un an.

J'ai tout de même un pincement lorsque je constate le nombre de blog qui disparaissent. C'est un signe que les temps changes et que les internautes changent eux aussi. J'aimais flâner sur bien des blogs, et je souhaite bon courage à ceux qui restent toujours fidèles à le blogomanie.



samedi 10 novembre 2012

REEL VIRTUEL




Avec internet et ses innombrables possibilités le B.D.S.M. prend des formes très différentes selon les appréciations de ses différents acteurs. On en arrive souvent à parler du virtuel et du réel. Est-ce que l'on peut vraiment différentier les deux. Car là aussi se niche un certain paradoxe sémantique. Les jeux à distance via l'internet et sans aucun contact physique sont-ils virtuels ou bien réels ? Pour l'esprit oui il sont réels, et dans les faits aussi puisqu'il composent une partie de notre réalité temporelle. Mais voilà sont-ils vraiment réel ? Pour faire un peu la part des chose je vais essayer dans ce topic de faire une différence entre ce qui est de l'ordre du physique et ce qui est de l'ordre du cérébral.




Le jeux virtuel reste toujours virtuel. Le virtuel c'est jouer dans l'imaginaire, seul ou à plusieurs. C'est justement accéder par l'esprit et l'imaginaire à des endroit où le réel ne peut pas prendre de forme physique (et ce pour x raisons que ce soit et on ne va pas les énumérer une à une). Le virtuel commence là ou le réel s’arrête. C'est le domaine de l'esprit et du fantasme. Il est déconnecté de la réalité tangible et palpable. Passer du virtuel au réel c'est rarement possible. Et je crois que c'est pour cette raison que des quantités de plateformes virtuelles ont vues le jour sur la toile. Des univers comme "second life" par exemple. Où l'on peut vivre une vie virtuelle complètement indépendante de la vie réelle. On crée de l'intangible pour pratiquer ce que le concret ne permet pas, et qui est cependant très prisé par l'imaginaire. Un univers virtuel où l'on anime un avatar qui nous représente tel que l'on s'imagine dans le jeu. Une femme peut y être un homme et vice versa. C'est l'avatar qui vit selon les désir de son propriétaire dans un univers de décors numérique.






Le réel ne comporte pas de virtuel. Il arrive seulement que parfois on fasse une petite confusion entre le potentiel et le virtuel.

Le potentiel c'est quand des personnes se projettent par l’imaginaire et le scénario dans des activités qu'ils comptent bien concrétiser un jour. Pour une fois de plus x raison, il ne peuvent dans l’immédiat le faire ensemble, alors il le font via un outil de communication : PC téléphone vidéo ....que sais-je encore ! ! Donc au final le potentiel doit mener au concret, au réel, au tangible.

Le virtuel c'est quand une ou plusieurs personnes se complaisent dans l’imaginaire et le fantasmatique et le vive par des moyens techniques appropriés, la réalité ne permettant pas de les concrétiser. La virtuel c'est la formalisation de l'imaginaire et des fantasme via un vecteur technologique. Si on prend l'exemple de Second Life, si Second life lui est bien réel, ce que l'on fait dedans est virtuel.




Enfin je dis ceci, mais ce n'est pas l'évangile. Cette petite analyse est basé sur des constats et des expériences personnelles rien de plus. Et les notion de "virtuel et "potentiel" m'étant propre, c'est un concept personnel là aussi. mais c'est ainsi que j'arrive à faire la part des choses. Aussi tout avis contradictoire sera le bienvenus. et si quelqu'un a des infos sur des études qui aurait été faites en ce sens , bienvenus aussi.



mercredi 31 octobre 2012

CITROUILLE

TRICK OR TREAT 










JOYEUX ALLOWEEN
A tous les vilains et vilaines socières

N'oubliez pas la fessées de rigueur ce soir pour tous les  fantômes et fantômette de passage.



mardi 23 octobre 2012

PERCEPTION SOUMISSION - 2

 
La bonne place





Nous abordons maintenant la deuxième partie du la soumission masculine, le soumis masochiste.

Dans le cas du masochiste soumis je ne peux déjà plus parler de punition corporelle, le terme de châtiments corporel sera bien plus adapté. Le châtiment corporel est une attente du masochiste, une satisfaction et non une punition. Il n'est pas redouter il est espérer. Il y a certes l'appréhension de la douleur, commune à tous les êtres vivants. Mais il y a cet au-delà, ce plaisir érotique, sexuel, que l'on ressent lors de l'application des châtiments. Il y a cette recherche du sub-space qui va permettre de transcender la douleur en extase coïtale. (Et pour certains même, en pur orgasme éjaculatoire d'incroyable intensité). Le soumis masochiste ne souffre pas pour réparer une faute ou corriger ses imperfections, il se sens peu ou pas coupable vis à vis de sa maitresse, il souffre avant tout pour lui, parce que ça lui procure les sensations physiques et émotionnelles qui sont la sources de son plaisir. L'état de trouble dans lequel il se trouve n'est en rien lié aux engagement de service qu'il est sencé devoir vis a vis de sa maitresse. Contrairement au premier, ce dernier ne souffre pas pour expier, il souffre pour se nourrir.

Tout comme le soumis dans l'âme il vénère sa maitresse pour la puissance de l'emprise mentale qu'elle possède sur son propre esprit, mais aussi parce qu'elle est la seule à pouvoir lui procurer le plaisir qui seul motive sa soumission, la douleur qui lui procure son extase et son coït. Car c'est ce qui, pour lui, passe avant tout.  Les punitions non corporelles ne sont pas la finalité attendue dans sa soumission. Cela ne le motive ou ne l’intéresse en aucune façons. Il peut cependant, si il en a la capacité, cérébraliser ses dernières afin de les pouvoir les effectuer sans que cela provoque la moindre cassure. Pour arriver à ceci il est évident que le lien relationnel et affectif qu'il entretient avec sa maitresse doit être très puissant et de longue date. Ce n'est pas une méthode qui s'établit de but en blanc. La vénération et l’admiration qu'il éprouve à la longue pour sa maitresse doivent lui permettre de sublimer tout acte ou action désiré par elle

La communion


Alors au vue de ceci est-ce que la D/S peut s'accorder avec le S-M ? Ma réponse, quoique très personnelle, serait de dire que oui si la synergie est basée et appliquée sur un consensus permettant d’œuvrer dans les parties communes. En ce sens que malgré tout une Dominante possède en elle un certains degré de sadisme pour aimer punir un soumis. Et que ce coté peut être exploiter pour non seulement satisfaire les deux protagonistes, mais ouvrir aussi un système de vases communicants permettant l'osmose nécessaire à l’équilibre et l'harmonie. D’une manière transversale chacun apporte à l'autre un peu de ce qui lui manque pour parfaire les dynamiques D/s et S-M.





Un regard et tout est dit.


lundi 22 octobre 2012

PERCEPTION SOUMISSION - 1

Soumission


Les discussions avec certaines personnes amène parfois a tenter de mieux définir certains mécanisme de fonctionnement B.D.S.M. Il s'agit dans ce topic de parler de deux formes distinctes, deux aspects, de la soumission masculine. D'un côté une soumission masculine assez cérébrale, que d'aucune nommerai d'une expression que j'aime beaucoup "le soumis dans l'âme", et de l'autre une soumission physique mue par pulsion masochiste


jeux ou punition


Les mécanismes mentaux de la soumission masochiste sont différents de ceux de la pure soumission naturelle. Si la souche et le tronc sont commun, ce n'est cependant pas la même branche de l'arbre. Il me semble clair de dire que pour le soumis dans l'âme, la punition corporelle est la sanction résultant d'une faute, ou la correction d'une imperfection, soit dans le devoir, soit dans une tâche mal accomplie. Elle n'est peut être pas désirée du tout de sa part et voir même redoutée. Cela lui permet d'être recadrer correctement dans sa fonction, dans la place qu'il occupe et dans ses engagements. Il va la subir pour deux raisons : réparer ses fautes et correspondre le plus parfaitement possible au vouloir de sa maitresse. Il percevra ou vivra sa punition comme une honte. Il veillera très attentivement par la suite à ne plus renouveler ses erreurs pour éviter d'autres punitions. Somme toute, par le biais de la punition corporelle, il est discipliné, et il offre à sa maitresse des souffrances expiatoires. Il faut également souligner de deux traits rouge que si le pur soumis consent aux punitions corporelles, il s'entend aussi très bien dans des punitions non corporelles. Augmentation des tâches et travaux, brimades, humiliations, privations, détentions, ou tout autres types de punitions que seule l'imagination d'une dominatrice est à même de concevoir et faire appliquer.





Contrôle


jeudi 18 octobre 2012

2012 CHEZ MOI

Le calendrier Mayas s'arrête le 23 décembre 2012, la date fatidique se rapproche. Pour certains c'est la fin du monde. Et vous, êtes vous prêt pour la fin du monde ? Dans ce cas qu'allez vous faire des derniers quelques jours qu'ils nous restent avant de tous périr en bloc,sans distinction de classe, ni de couleur, ni de quoique ce soit d'ailleurs.

J'ai bien du mal à imaginer une fin du monde, en sachant que la terre tourne depuis 4 milliards d'années, et que l'Homme marche dessus depuis environ 1 million d'années. D'accord on a beaucoup changés depuis homo erectus et bien des fin du monde sont arrivées entre temps pour  bien des espèces vivantes. Mais rien ne dit non plus, à part les spéculations sur le calendrier mayas, que l'heure de notre extinction est arrivée.

Cas échéant je me demande bien ce à quoi nous pourrions bien occuper nos dernières journées. Continuer à travailler pour gagner un argent qui ne servira plus à rien le 24 décembre ? Où bien s'offrir  joyeusement tous les derniers petits plaisirs que nous pourrions avoir ici bas avant l'aller vers d'autres mondes inconnus ( Bien oui ! quand ça s’arrête quelque part c'est que ça commence ailleurs. )

Voici donc quelques pensées perverses pour finir en beauté nos derniers instants sur la planète bleue.




 
 Sortir avec les trois femmes du comte Dracula et mourir vampire





 Fesser sa contrôleuse des impôts dans un hôtel 4 étoiles
après une délicieuse coupe de champagne.





 Faire passionnellement l'amour à la personne de ses rêves. 
Surement son conjoint disons le aussi !




 Profiter encore un peu du grand air de nos campagnes
pour sentir battre son cœur bien plus fort.




Ou bien espèrer trouver une solution pour survivre 
en écumant les archives et l'archiviste.



lundi 15 octobre 2012

RONDE LE FINAL

Nous avions dit dans le premier topic que la Femme Ronde depuis des temps ancestraux était considérée comme une déesse. Si au début elle fut le symbole de la vie et de la fertilité permettant la perpétuation de l'espèce, par le don de son sang*, avec le temps cette Femme mythique a endossée plusieurs rôles prépondérants. La naissance des cités-états et la culture des peuples sédentaires ont fait d'Elle un des ces esprits de la terre et du ciel qui interviennent dans le destin des Hommes afin d'en assurer le devenir. 


 
Je me plait a penser au gré de quelques images récupérées sur le web, que cette idée n'est pas éteinte. Qu'elle vit encore dans l'âme de personnes un peu plus sensibles que d'autres au mystérieux et aux mythes antiques. Imaginer nos Femmes Rondes en déités contemporaine, présentent en nous, et pourtant cachées à nos yeux.  Les artistes, ces grand rêveurs, ont su nous faire entrevoir et parfois admirer, au travers la littérature, les chants, les danses et les tableaux, un reflets de ce qui a bruler les yeux de Tirésias** lorsqu'il s'est approcher un peu trop près de la fontaine d'Hippocrène.


Sylvia Grande Déesse des forêts. Maitresse
de la nature sauvage et puissante magicienne





Danse et rituel au feu sacré de Vesta
La grande prêtresse veille.





Vesta la Déesse du cœur et du foyer, auprès
 d'elle seule on trouve bien-être et quiétude





Concordia la Déesse des coeur unis
qui n'en font qu'un.





Prospérité et joie ne se trouvent
qu'auprès de la Déesse Fortuna





Suadela  la Déesse de la persuasion
et émissaire de la déesse de l’amour. 





Luna la Déesse qui porte en elle la puissance
 de la nuit. Elle illumine l’esprit.


________________________________

* Il n'a échapper au regard de personne que la femme perd son sang selon le cycle lunaire lors de ses menstrues, et qu'elle donne la vie dans le sang lors de ses accouchements. Il est probable que la mystique du sang sacrificiel provienne de là.
 ________________________________

**Le mythe de Tirésias : Fils de la nymphe Chariclo, alors qu'il était adolescent, Tirésias ayant soif alla boire à la fontaine des nymphes d'Hippocrène. Hors ce jour là Athéna y prenait son bain entièrement nue. Pudique et pour se cacher de lui, Athéna posa sa main sur les yeux de Tirésias ce qui le rendit aveugle. Chariclo demanda ensuite à Athéna de rendre la vue à son fils, mais Athéna ne pouvant défaire ce qu'elle avait fait dota Tirésias de multiples dons. Elle lui souffla dans les oreilles ce qui lui permit d'entendre les discussions des dieux pour de devenir oracle et devin, mais aussi de comprendre le langage des animaux. Elle lui donna un bâton de cornouiller, avec lequel il marchait comme s'il voyait normalement. Et pour finir Athéna fit de lui un hermaphrodite afin qu'il bénéficie d'une très longue vie bien supérieur à ce que peuvent espérer les hommes, et qu'il puisse gouter aux mêmes plaisirs sexuel que les hommes et les femmes à la fois.



dimanche 14 octobre 2012

RECADRAGE

Le Gif du dimanche 


Pour mémoire
 

Il ne faut pas perdre de vue certains principes fondamentaux. 
Et j'en connais qui ont tendance à les éluder d'une façons
 remarquable mais bien maladroite tout de même.



samedi 13 octobre 2012

RONDE BONDAGE

Relever un défi n'est pas chose facile. On ne sait pas toujours sur quel écueil on peut tomber. Je m'y étais engagé. Je l'ai fait. Ce n'est peut-être pas la perfection attendue, car je n'ai pas trouvé de photographe spécialiste en bondage de femmes rondes. Plusieurs photographes se mêlent ici et là au grès de séances avec différents modèles.  Duquel s'agit-il ? Est-il seulement présent dans ceux qui figurent parmi ces clichés ? Je ne sais pas. Les modèles rondes sont plus rares sur le web, mais pas pour autant éclipsées par les autres. Tant s'en faut qu'elles ont une présence bien plus forte que ne l'ont les modèles standard du genre. Donc pour suivre ce sont bien nos si belles et si chères
 Soumises Enrobées Encordées.


Dos et fesses de cordes





Astreinte et contraintes en position kajira





Cordes complexes en mode traditionnel japonais





Telle une précieuse lingerie, les cordes enrobent le corps






Gant de soie et préparation préliminaire






Entre extase et attente, on jouit du pouvoir des cordes






Liée dans l'expectative d'un programme plus intense





Soumise au repos, les cordes néanmoins restent en place 


 Photos : tumblr



vendredi 12 octobre 2012

RONDE 2

Le dictat de la minceur féminine arrive au XXème siècle au tout début des années 60*. Certainement dans le sillon creusé par les vamps et star hollywoodiennes des années 40 et 50 qui symbolisaient l'idéal féminin de la femme fatale. A noter cependant que celles-ci n'était pas minces, et certaines plutôt replètes. Ce culte de la minceur, voir de la maigreur, en vogue chez les femmes d'aujourd'hui nous vient tout droit de la mode et des couturiers. Ceux-ci cherchent à imposer une image stéréotype de la femme "idéale" afin d’accroitre leur profits commerciaux. Dans les magazines féminin la quasi totalité des photos sont retouchées pour faire paraître les femmes encore plus minces qu’elles ne le sont dans la réalité. Il est frappant de savoir que, selon ces mêmes magazines, le poids idéal d’une femme mesurant 1,68 m  passe de 60 kg en 1953 à 48 kg en 2001.
* par exemple le mannequin britannique Twiggy une jeune fille de 40kg

Business  -  Marketing  -  Mercantilisme : La mode


Actuellement les conglomérats de la mode et des marchands, toujours en quête de profits plus importants, se tournent vers le marché des femmes rondes qu'ils avaient jusque là négligé. Pour eux, il n'y a pas de petits profits. On joue sur la mise en scène pour valoriser la femme ronde et en faire un nouveau produit commercial. La méthode est éprouvée. Le bon vêtement, le bon make-up, la bonne coupe de cheveux, un décolleté pigeonnant sur une poitrine abondante, des hanches et des fesses rebondies moulée dans un jean, des pommettes saillantes, quelques bijoux bien placés, et voilà notre ronde couchée sur papier glacé et vendue sous cellophane. La ronde mise en valeur est tout aussi belle et sexy qu'un mannequin toujours en avance d'un régime, mais la ronde reste diantrement plus attirante et attractive.

Rondes, belles, sexy et  jean moulant.



Ce marketing peut avoir de bons côtés pour les femmes rondes. Les pseudos créatifs de la mode se bornant à n'être que de vils plagieurs, ces dernières n'avait certainement pas attendues de voguer sur l'air du temps pour se valoriser. On se rappelle parfaitement des performances de l'artiste New-Yorkaise Annie Sprinkle dans les années 70 et 80*. Ces business-strategy de la mode ne font que répercuter publiquement l'ingéniosité de nos si charmantes Rondes. C'est là au moins une reconnaissance officiel de l'esprit inventif dont elles savent faire preuve. Car elles savaient déjà comment parfaitement mettre leurs corps en valeur dans des vêtements judicieusement choisis, pour chaque circonstances de la vie. Pour elles, gérer son image au quotidien ne relève pas de l'exploit mais du naturel. Cela fait certes tourner la tête à bien des hommes, mais cela permet aussi à d'autres femmes d’émerger hors des ghetto de la mode et de jouir du plaisir d’êtres soi.                                                                                                                * Ou des personnalités comme la regrettée diva Carole Fredericks

Jouir du plaisir d’êtres soi



Si sous l'influence de la mode minceur certaines Rondes cachaient leur corps, si voluptueux, à tous les regards, et de ce fait préférant renoncer au plaisir, d'autres rondes à l'inverse on converties leur physique en un atout majeur de plaisir et de séduction. Pourquoi faire des régime lorsque l'on aime manger de bonnes choses ? Pourquoi se priver alors que les autres ne le font pas ? Pourquoi se cacher dès lors que les autres s'exhibent ? Il n'y aucunes raisons. Et puisque l'essentiel réside dans l'image, autant hisser son image à un niveau supérieur en exploitant tout les avantages que procurent les rondeurs. Entre autres moyens, jouer la carte d'une sensualité discrète et épanouie est une manière intelligente de s'afficher pour s’affirmer comme éminemment transcendant par rapport aux normes officielles de la dite beauté standard. 

Sensualité discrète et transcendance



Femmes complètes avant d'être Rondes, d'autres font le choix de focaliser une partie d'elles-même qu'elles aiment particulièrement pour la mettre en exergue. A cet autre bout de la chaine valorisante, moins obsédées par leur image et plus centrées sur leurs sensations qu'une mince en perpétuelle surveillance de régime, ces Rondes excellent dans l'art de sublimer leurs rondeurs dans leur meilleurs aspects. Cela peut-être les seins, ou les fesses, focalisation oblige, mais plus subtilement une manucure bien soignée, des yeux bien soulignés,  un bijoux habilement placés aux creux des reins, dans le décolleté, au nombril, ou tout autre endroit clé du corps attirant le regard. Il ne s'agit pas là d'une provocation, mais de liberté, ce droit à exister et vivre au même titre que tout autre sans en éprouver la moindre gêne. Le pouvoir de séduction reste l'indice le plus significatif de l'image que l'on peut avoir de soi, et à ce jeu il s'agit également de laisser entrapercevoir la promesse et le fruit d'une nudité sublimée.

 Centrée sur ses sensations



Exit les formes plates et sans consistance, place au naturel et aux silhouettes bien galbées qui ne se cachent plus sous des pantalons amples et sans forme. Le principale va résider dans le fait de jouir des plaisirs que la vie nous offres. De ne pas manquer une occasion de se faire plaisir et de se sentir vivre pleinement sa vie. Réveiller le désir ne s'improvise peut-être pas, mais le susciter envers et contre tous les préjugés courants, ceci reste l’apanage unique de Femmes Rondes épanouies au tempérament d'exception.

  Femme Ronde épanouie


Photos : tumblr