lundi 20 septembre 2010

POUVOIR ET AUTORITE

Je me rappel d’un lointain post de la délicieuse Miss Agnès sur son blog et d’un questionnaire qui commençait par cette question : Que signifient pour vous les mots : autorité, pouvoir, contrôle ? J’aimerai pouvoir (car a priori j’ai au moins ce pouvoir) apporter ma petite contribution à cette question. Bien que cela s'appelle enfoncer des portes ouvertes on peut le redire encore une fois, la domination repose sur deux piliers : Pouvoir et autorité. Ces deux premiers facteurs permettant le dernier, c’est dire : le contrôle. Alors vérifions de plus près ces deux composantes BDSM. On va commencer par examiner deux définitions standards de ce que peuvent recouvrir ces deux mots, nous en ferons ensuite une petite exploration conceptuelle lié à la domination et au bdsm.





Le pouvoir est la faculté et la possibilité dont un ou plusieurs individus ou groupes d’individus disposent pour appliquer, faire accepter, faire exécuter ou imposer - fût-ce par la force - des décisions d’ordre physique, moral, intellectuel ou psychologique, à un ou plusieurs individus ou groupes d’individus dans des domaines variés tels que la culture, l’économie ou la politique, soit dans un secteur spécifique, soit dans un ensemble de secteurs, soit dans tous les secteurs subissant leur autorité physique, morale, intellectuelle, économique, politique ou psychologique. C'est la capacité de changer, donc de décider, de faire, de faire-faire, de faire-savoir, de changer de cap, de régresser, de croître. Le pouvoir c’est aussi la capacité de prendre officiellement des décisions et de les appliquer, selon certaines limites; cette capacité, ce pouvoir ou ce droit peut être délégué ou attribué.




1- L'autorité correspond au droit de pouvoir commander, d'être obéi, d’obliger quelqu'un à quelque chose . Elle implique les notions de légitimité, de pouvoir, de commandement et d'obéissance, et ne doit pas être confondue avec l'autoritarisme.

2 - Droit de faire appliquer les lois et les règlements ou d'établir des politiques.

3 - Pouvoir ou influence qui, s'exerçant sur un individu, l'amène à se conformer à ce qui est exigé. On distingue l’autorité de droit et reconnu et l’autorité informelle (le leadership)

4 - L'autorité c'est la supériorité en vertu de laquelle une personne se fait respecter sans recourir à la force. L'autorité permet de mesurer la capacité assertive d'un profil, c'est à dire sa capacité naturelle à imposer ses idées. C’est une personne regardée comme étant un expert avec le pouvoir d'influencer le comportement des autres.

Les définitions cela permet de bien cadrer les choses à propos desquelles on veut discourir. On s'aperçoit vite que la notion d’autorité est un peut plus complexe que celle du pouvoir. Toutes fois on ne va pas retenir ces définitions strictes et globale, mais on peut en retenir la synthèse. Aussi dans notre cadre bdsm il devient évident que si l’on désire exercer une quelconque autorité, il est nécessaire d’être préalablement investi du pouvoir, par la personne sur laquelle on désir l’exercer cette autorité. Dans le cas contraire au mieux c’est la non coopération ou le mépris, et au pire la rébellion et la vengeance. C’est a dire les retours de bâton et le chien de la chienne (insoumise).

Pour raccourcir un peu, on peut dire à quelques mots près, mais on ne ne va chipoter sur la sémantique, que dans le cadre bdsm que si le pouvoir est factuel, l’autorité est concédée.




Le pouvoir est la faculté et la possibilité dont une personne dispose pour faire accepter, exécuter et imposer ses décisions à une autre personne. C'est sa capacité de prendre des décisions et de les appliquer en faisant ou faisant faire.

L'autorité c’est la supériorité en vertu de laquelle une personne se fait respecter. Cela correspond au droit de commander, d'être obéi, d’obliger une personne à faire quelque chose, de faire appliquer un règlement ou suivre des obligations. C'est la capacité naturelle à imposer ses volontés, c’est l’influence qui en s'exerçant sur une personne soumise, l'amène à se conformer à ce qui est exigé. L’autorité implique obligatoirement la notion de légitimité reconnue par la personne soumise, et ne doit pas être confondue avec l'autoritarisme, apanage des maitaillettes et maitraillons à trois kopecks.

Et pour finir on peut donc dire que le contrôle c’est l’application directe de l’autorité sur une personne soumise. Mais on peut ne peut séparer le contrôle de la responsabilité qui en découle. Contrôler c’est se rendre responsable de l’autre. Contrôler c’est comme piloter, on est seul au commande donc seul responsable de ce qui se passe et des conséquence qui en advient, les bonnes comme les mauvaises. Si le contrôle offre la possibilité d’exercer son autorité, il est aussi celui qui impose la responsabilité de l’intégrité physique et mentale de la personne soumise, tant au niveau du respect de ses limites que de sa personnalité. Dans les pratique bdsm il faut faire preuve de beaucoup d’écoute et psychologie pour exercer un contrôle efficace sur une personne soumise. Au niveau de la psyché ne faut pas oublier que la responsabilité du contrôle consiste aussi à endosser la part de culpabilité que peut ressentir la personne soumise dans certaines pratiques, car si la personne soumise peut prendre un plaisir défendu en répondant à la volonté de la personne dominante, c’est à celle-ci et elle seule qu’en incombe « la faute » donc la responsabilité morale et physique. Il est nécessaire d’être mentalement fort et puissant sur le long terme pour exercer un véritable contrôle sans perdre soi même les pédales, pour peut que l’on soit un tantinet conscient de ce que l’on fait en prenant cette responsabilité.