mardi 13 juillet 2010

BONDAGE ART
















L'art du bondage c'est une chose quand même assez merveilleuse; Il y a certaines techniques que l'on admire, et certaines soumises aussi . C'est le cas dans les photos suivantes de ce modèle de KSHARA.
































vendredi 9 juillet 2010

SOUMISE - 2 -

Tout aussi attractif que le début ...




video


Mais encore une fois je suis frustré de la suite !



SOUMISE - 1 -

Ceci j'aime beaucoup ....




video

et la suite arrive !



jeudi 8 juillet 2010

AMBIANCE - 2 -

La suite ...



video


et malheureusement la fin !

Je serais quand même curieux de savoir ce qui se passe après dans ce teaser ! ! !



AMBIANCE - 1 -

Juste pour l'ambiance


video




dimanche 4 juillet 2010

ART CONTEMPORAIN

Voici l'été, et voici certainement pour quelques uns venir les vacances. L'été c'est le soleil, le farniente, l'apéro, et tout le toutime. Enfin on évitera les sempiternelles brochettes au barbecue et le tort-boyau rosé local.

Mais les vacances c'est aussi les jours sans soleil et la les jour plein de culture. Alors pourquoi ne pas en profiter pour visiter les musées d'ART CONTEMPORAIN et leurs installations, ou leurs désinstallation, ou leur pré-installations !

En tout cas voici une série de photo qui me fait vraiment penser à de l'art contemporain. Non seulement pour l'ambiance mais aussi pour le lieu où elle se situe et surtout l'esprit dans lequel elles se situent. Après tout la démarche de l'art contemporain est celle du vivant et de l'undergroud révélé.

Alors une faire séance BDSM aavec votre soumise à même le musée, c'est être à sont tour devenir un acteur majeur de l'art contemporain, puis que qu'apparemment aujourd'hui : c'est le lieu qui fait l'artiste.













































Désolé, je ne connais ni l'auteur ni les références de ces photographies que j'ai du chopper je ne sais quand, sur je ne sais quelle site. Je les avais sur une clé, et j'en profite pour les poster, et vous en faire profiter. Mais au cas où l'auteur serait de passage ici, qu'il sache qu'il a toute mon admiration. Et que s'il se sent lésé dans ses copyright, il peut me contacter via e-mail a tout moment.


jeudi 1 juillet 2010

DOMINATION SEXUELLE - (2)




La dominatrice serait donc une femme qui endosse le rôle dominant dans les pratiques bdsm ou discipline domestique, pour établir une relation dominant/dominé. Elle joue un rôle très différent de celui qu'elle incarne en tant que femme à la ville ou au foyer dès lors qu’elle entre dans le cadre d'une pratique dominante. La femme dominante apprend à tirer parti de la puissance érotique que provoque, si je puis dire, la prédominance du clitoris, dans le schéma mental du soumis. Ceci consistant en l’application d’un principe de domination basé sur cette souveraineté que s’attribue la dominatrice en faisant valoir la supériorité et l’accessibilité conditionnelle à son temple clito-vaginal. Ou bien à la franche inaccessibilité de celui-ci, qui se transformera dans l’esprit du soumis à une sorte de quête, de Saint Graal.

Certaines dominatrices ont scrupules à utiliser un mâle comme pur objet ou esclave sexuel, à l’inverse du dominateur avec une soumise. Aux dires de certaines, le fait d’utiliser le pénis du soumis, lui procurerait l’impression de retrouver son statut de dispensateur de plaisir, donc de diminuer le pouvoir de souveraineté clitoridienne de la dominatrice. Elle se retrouverai de dépendance vis à vis de son mâle captif et inférieur pour obtenir un orgasme. Chose qui nuirait fortement à son statut d’être supérieur qui a le droit de diriger et de commander. Même si le coït se trouve être interdit et durement châtier pour le gode sur patte de la maitresse femme. Ces dominatrices ne veulent absolument pas laisser cet impression à l’homme objet, qui doit rester à sa place d’être inférieur et inutile dans le contexte de la satisfaction sexuelle de la dominatrice. Celle-ci estimant que les modalité de son plaisir ne la regarde qu’elle et elle seule. Le soumis n’est là que pour satisfaire aux volontés, quelles qu’elles soient, de sa maitresse et non pour sa propre satisfaction. C’est la condition sine qua non de sa servitude.

D’ autres dominatrices peuvent y voir simplement une inversion des rôles sociaux, selon le principe de faire passer le pouvoir de ceux qui avaient la liberté d’éjaculer, à celles qui s’attribuent maintenant le pouvoir de jouir. Ce changement de gouvernance passe par la frustration sexuelle du soumis pour la jouissance de la dominatrice. Ce qui aurait tendance à expliquer cette différence entre l’utilisation de la sexualité dans la domination féminine et la domination masculine. Où on semble bien observer, chez la femme dominante, la grande distanciation qu’elle met entre sexe et domination.