dimanche 8 mars 2009

C'ETAIT ECRIT


A toi mon vieux camarade
Et tu sais que je suis avec toi dans pareils moments.
Courage car...



Elle te fera changer la course des nuages
Balayer tes projets, vieillir bien avant l'âge
Tu la perdras cent fois dans les vapeurs des ports
C'est écrit ...

Elle rentrera blessée dans les parfums d'un autre
Tu t'entendras hurler "Que les diables l'emportent"
Elle voudras que tu pardonnes et tu pardonneras ...
C'est écrit ...

Elle n'en sort plus de ta mémoire ...
Ni la nuit ni le jour ...
Elle danse derrière les brouillards ...
Et toi, tu cherches et tu cours ...

tu prieras jusqu'aux heures où personne n'écoute
Tu videras tous les bars qu'elle mettra sur ta route
T'en passeras des nuit à regarder dehors ...
C'est écrit ...

Elle n'en sort plus de ta mémoire ...
Ni la nuit ni le jour ...
Elle danse derrière les brouillards ...
Et toi, tu cherches et tu cours ...
Mais, il n'y a pas d'amour sans histoire
Et tu rêves et tu rêves ...

Qu'est-ce qu'elle aime ?
Qu'est-ce qu'elle veut ?
Et ces ombres qu'elle te dessines autour des yeux ...
Qu'est-ce qu'elle aime ?

Qu'est-ce qu'elle rêve ?
Qui elle voit ?
Et ces cordes qu'elle t'enroule autour des bras ...
Qu'est-ce qu'elle aime ?

Je t'écouterai me dire ses soupirs, ses dentelles
A bien y réfléchir, elle n'est plus vraiment belle
Que t'es déjà passé par des moments plus forts
Depuis ...

Elle n'en sort plus de ta mémoire ...
Ni la nuit ni le jour ...
Elle danse derrière les brouillards ...
Tu cherches et tu cours ...
Mais, il n'y a pas d'amour sans histoire
Oh tu rêves et tu rêves ...

Elle n'en sort plus de ta mémoire ...

Elle danse derrière les brouillards ...

Et moi, j'ai vécu la même histoire ...
Depuis, je compte les jours ...

Depuis, je compte les jours ...

Depuis, je compte les jours ...
Depuis, je compte les jours ...
Depuis, je compte les jours ...

Depuis, je compte les jours ...


(F. CABREL)



Mais tu en sortira un jour .... comme les autres et comme moi-même, l'avons fait avant toi.